Retour sur les Cinglés du Ventoux_ 2020

Après un confinement, et des objectifs reportés à 2021 pour faute de pandémie (COVID 19), l’occasion de relever un challenge sportif par année battait de l’ail. Puis, l’idée de relancer un de mes challenge 2018 m’est venue: gravir le Mont-Ventoux par 3 fois et devenir un cinglé (inscrit en 2018 mais avorté suite à mes hernies discales).

Passeport en poche, et sans grande condition physique (0 préparation spécifique), me voilà sur la route du Ventoux pour une journée en totale autonomie.

Récit de cette magnifique journée et des jours de préparation:

Quelques semaines avant le D.DAY:

Si plusieurs semaines auparavant, j’enchainais les sorties longues avec les copain(e)s telles que Paris-Deauville ou Paris-Fontainebleau; la préparation des derniers jours portait sur l’organisation. A savoir, par quelle ascension débutée? Que manger et comment organiser mes ravitaillements ? etc…).

Après consultations, tous me confirmaient que l’ascension la plus difficile serait au départ de Bédoin. Et si grand nombre me conseillait de commencer par celle-ci; j’en ai fait qu’à ma tête.

L’ordre choisi sera donc le suivant: départ de Malaucène pour la 1ère ascension. Je redescendrai ensuite du sommet vers Bédoin. Cette descente fera office de reconnaissance.

A Bédoin, je remplirai les bidons après faire tamponner mon passeport. Puis, retournerai au sommet. Et j’effectuerai ma 3ème ascension au départ de Sault, avec la même logique. Descente= reconnaissance.

Et au niveau logistique, je me ferai mes petits sandwichs que je porterai sur la journée (expérience de l’Ironman). Et me laisserai des chambres à air, pompe de secours et barres énergétiques dans ma voiture (stationnée à Malaucène) au besoin.

Ascension 1: Malaucène => Le Ventoux

Un départ de Malaucène au lever du jour au rythme de la nature qui se réveille. Le soleil commence à se lever, les oiseaux à chanter. Cette ascension de 2h était vraiment calme, paisible.

Sur le plan sportif, l’objectif de cette 1ere ascension était de monter à mon rythme, et de contempler le paysage. L’ascension par ce côté n’est pas des plus simples car elle est irrégulière. Du faut plat, du bon D+ et des relances parfois.

Arrivée au sommet après deux heures d’ascension. Petite photo souvenir, un sandwich et on enfile les manchettes puis c’est reparti: Direction Bédoin

Ascension 2: Bédoin => Le Ventoux

Après une descente rapide, et une pause ravitaillement; je remonte en selle pour cette deuxième ascension. La plus dure par son dénivelé régulier.

Sur cette ascension, j’essaie de ne pas me mettre en force et mouliner du mieux possible. Une dure affaire sur cette ascension !! Lors de cette ascension, je suis un couple d’espagnols, qui se motivait et leur soutien était aussi le bienvenue. Une ascension difficile de 2h avec les mêmes automatismes: 2 gorgées toutes les 5 minutes en variant eau ou boisson de l’effort; et une bouchée de barres ou pâtes de fruits.

L’ arrivée au sommet était psychologiquement difficile. Tu vois le sommet et as l’impression de ne pas avancer !! Alors tête dans le guidon, on regarde la route et on « patiente ».

Après ces 2h d’ascension, la traditionnelle photo, et pause sandwich. J’ai faim et suis un peu fatigué. J’ai fait les 2/3 du chemin, avec les ascensions les plus dures. Je suis soulagé.

Après une bonne pause, je reprends la descente vers Sault. Une descente où je me devais de pédaler. Moi qui pensais ne pas pédaler et me préserver.

Une fois arrivée à Sault, et après avoir fait tamponner mon passeport, je recharge les bidons et bois des litres à la fontaine.

Il est 14h, et le soleil est chaud. En plus de la fatigue qui se fait ressentir.

Ascension 3: Sault => Le Ventoux

L’ascension qui devait être sur le papier la plus simple, elle aura été difficile. Difficile car cette ascension s’est effectuée en plein soleil, sans l’ombre des arbres. La partie Sault / chalet Reynard était longue et plutôt ennuyante. Je pense que psychologiquement, c’était compliqué. Tu sens la fin mais tu ne peux pas crier victoire encore; et il fait très chaud. A ce moment-ci, j’avais peur de l’insolation ou déshydratation.

La première portion effectuée, place à la portion finale: Chalet Reynard => Mont Ventoux. Cette portion m’avait été difficile sur la 2ème ascension et l’appréhendais.

Je regarde mon guidon pour ne pas regarder le sommet. J’ai l’impression de ne pas avancer alors je compte le nombre de bornes kilométriques. Plus je compte et plus je me rapproche. Et il m’aura fallu lire la borne « 2km » pour réaliser ce que j’avais fait. A ce moment-ci; j’ai relâché la pression et commence à pleurer de joie. I DID IT !!

J’ai tellement relâché que j’ai dû m’arrêter dans le dernier kilomètre manger une barre et souffler un peu. J’ai inquiété un automobiliste d’ailleurs qui s’est arrêté prendre des nouvelles et m’encourager: « Allez plus que 800m ».

Sur ces 800 derniers mètres, je suis ailleurs. Fier de moi, d’avoir relevé ce défi et de l’avoir partagé autour de moi. Car ce défi, je le faisais certes pour moi mais aussi pour une association qui m’est chère: Association Petits Princes.

Une association qui soutient les enfants gravement malades en leurs réalisant leurs rêves. Alors, ma cagnotte leurs était dédiée.

« Seul on va plus vite, mais à plusieurs on va plus loin ».

Et c’est alors au bout de 7h59 et 136km que je termine cette superbe journée en devenant CYNGLES DU VENTOUX

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :